fbpx

Vous vous sentez parfois (voire souvent) en décalage avec vos collègues, amis ou managers et vous avez du mal à vous sentir à votre place au travail? Vous avez l’impression de ne pas rentrer dans les cases du monde professionnel et cela impacte fortement votre confiance en vous et votre bien-être?

Et s’il existait d’autres cases qui pouvaient vous correspondre?

Haut Potentiel Intellectuel (HPI), Hypersensibilité, Multipotentialité: ce sont trois des étiquettes avec lesquelles j’ai eu à faire ces dernières années, alors que je tentais de comprendre qui j’étais et de quelle manière je fonctionnais pour me sentir plus épanouie et équilibrée. 

Je n’aime ni les cases, ni les étiquettes: le risque de s’y enfermer ou de s’y identifier est trop important. Mais il faut admettre que, lorsque l’on cherche sa voie, elles donnent de précieux repères pour se comprendre, reprendre confiance et se sentir libre de faire des choix justes et alignés. La clé est de savoir prendre ce qu’il y a à prendre, puis de s’en détacher, parce qu’une personnalité humaine est complexe et ne peut en aucun cas être réduite une case ou à un label!

Ces trois sujets (HPI, hypersensibilité et multipotentialité) ont déjà fait couler beaucoup d’encre et suscitent un intérêt grandissant depuis quelques années. Cet article n’a pas vocation à les traiter de manière exhaustive ou scientifique, mais simplement à démêler un peu tout cela, afin que vous sachiez dans quelle direction poursuivre vos recherches. 

En m’appuyant sur mon expérience, tant personnelle (vécu, lectures) que professionnelle (80% de mes clients se reconnaissent dans l’une ou plusieurs de ces étiquettes), je vous propose un aperçu rapide des caractéristiques, points forts, difficultés, solutions et ressources associées à chacune de ces trois cases… qui sont souvent étroitement liées!

1. Le Haut Potentiel Intellectuel (HPI)

Principales caractéristiques

  • QI (quotient intellectuel) supérieur à 130: l’identification du HPI ne se base que sur un seul type d’intelligence, il s’agit donc d’une case très spécifique et restreinte: 2% de la population.
  • Les individus HPI sont également nommés  « zèbres », surdoués, ou encore « précoces » lorsqu’il s’agit d’enfants.
  • Généralement associé à une pensée en arborescence et à un mode de réflexion plus créatif et intuitif que purement logique et linéaire.
  • Fort besoin d’authenticité, de transparence, d’honnêteté, qui représentent de réelles valeurs dont s’éloigner coûte beaucoup d’énergie.
  • Besoin de relations profondes, basées sur la  confiance.
  • Questionnements existentiels, besoin accru de comprendre le sens des choses.

Points forts

  • Très haute intelligence: il faut le dire, en général les profils HPI sortent du lot… même s’ils ne se rendent généralement pas du tout compte de leur haute intelligence et peuvent même parfois se sentir nuls (« surdoué.e, moi? N’importe quoi! »).
  • Comme pour le commun des mortels, le(s) domaine(s) dans le(s)quel(s) les personnes HPI vont exceller sont très variables d’un individu à l’autre. Néanmoins, on retrouve souvent:
  • Une bonne capacité d’innovation: à voir ce qui ne va pas… et à trouver des solutions.
  • Une rapidité d’analyse liée à une forte capacité de travail (attention aux risques d’abus: connaître ses limites et oser dire non est essentiel).

Difficultés fréquentes

  • Tendance à s’éparpiller ou à digresser, manque de clarté dans les propos: le raisonnement va parfois plus vite que le langage, on a du mal à trouver les mots pour exprimer les idées.
  • Incompréhension de la part de ceux qui ont besoin de passer par A + B pour comprendre la solution à laquelle la personne HPI est directement arrivée.
  • Fort sentiment de décalage avec les autres (souvent depuis l’enfance).
  • Difficultés fréquentes avec la hiérarchie, ou avec les formes traditionnelles de management vertical.
  • Difficulté à comprendre les règles non explicites, et notamment les aspects politiques en entreprise.
  • Besoin d’être nourri en permanence sur le plan intellectuel: d’apprendre et d’utiliser son cerveau… sinon gare au bore out / burn out!

Solutions

  • Bien comprendre son mode de fonctionnement pour assumer sa spécificité, prendre confiance et accéder à ses talents.
  • Prendre conscience de ses compétences hors normes et apprendre à les valoriser. On peut avoir tendance à croire que ce qui est facile pour soi l’est aussi pour les autres… c’est une énorme erreur!
  • Communiquer avec son manager ou ses collègues pour qu’ils soient eux aussi au courant de vos besoins et de votre façon de fonctionner: ce n’est pas à vous seul.e de vous adapter!
  • Se reconnecter à son intuition, à ses valeurs, à sa vision pour nourrir son besoin de sens.
  • Prendre un temps, après une réunion ou lorsque l’on est en pleine création, pour poser ses idées au clair avant de les formuler.

Clés pour les RH et managers

  • Savoir repérer les talents à haut potentiel et être particulièrement à l’écoute de leurs besoins: s’il ressent un manque d’écoute ou de transparence, le talent aura tôt fait de quitter la société et ce serait bien dommage.
  • Comprendre leurs modes de fonctionnement, mais aussi leurs atouts et leurs difficultés, pour mieux les intégrer.
  • Leur faire confiance et la témoigner, valoriser les points forts.
  • Communiquer, oser dire ce qui ne va pas, mais de manière bienveillante et orientée solution.
  • Expliciter les règles implicites, si elles ne sont pas bien comprises.

Ressources

Voici quelques références de livres que je recommande particulièrement:

  • “Je pense trop”, de Christelle Petitcollin: pour moi, ça a été le livre « déclic ». C’est un bon premier livre si vous vous sentez concerné.e par le sujet, bien que l’auteure, comme beaucoup d’autres, fasse un amalgame entre HPI et hypersensibilité. Or on peut être HPI et hypersensible… ou non!
  • “Adultes sensibles et doués: trouver sa place au travail et s’épanouir”, Arielle Adda et Thierry Brunel
  • « Être un adulte surdoué », Cécile Bost

2. L’Hypersensibilité

Principales caractéristiques

  • En anglais, on parle de « haute sensibilité » (« high sensitivity »): ce terme plus neutre est moins péjoratif et plus proche de la réalité.
  • Concerne entre 15 et 30% de la population (quand 16% sont « hyposensibles », 60% “normosensibles” et les 4% restant… sociopathes/pervers narcissiques) Source Elodie Crépel, Atelier Hypersensibilité.
  • L’hypersensibilité peut s’exprimer dans différents domaines: émotionnel, mais aussi sensoriel (peau/toucher, ouïe, vue, goût, odorat) et peut aller jusqu’à des phénomènes de clairvoyance/clairaudience. 
  • Associée à une forte empathie / sensibilité à l’autre.

Points forts

  • La haute sensibilité concerne également les émotions agréables: amour, joie, etc., elles aussi ressenties plus intensément… C’est une chance!
  • Capacité d’émerveillement et d’enthousiasme qui apportent beaucoup d’énergie lorsque l’on est motivé par ce que l’on fait.
  • Empathie, capacité à écouter l’autre et à capter les émotions en présence: c’est un atout pour une équipe, et cela permet un management plus conscient.
  • Forte intuition.
  • Sensibilité aux détails, sens de l’esthétique.
  • Sensibilité à ce qu’il se passe dans le monde: envie de changer le monde, d’avoir un impact. Cela peut être un excellent moteur… attention toutefois à ne pas en prendre trop sur les épaules: le chantier est grand! 😉

Difficultés fréquentes

Sur le plan émotionnel: 

  • Sentiment de décalage avec les autres, impression d’être plus faible (la sensibilité a longtemps été vue comme un défaut dans nos sociétés occidentales…): risque de dévalorisation de soi.
  • Tendance à prendre les remarques très à cœur, entraînant parfois une forte susceptibilité et/ou une difficulté à passer à autre chose (ruminations, voire là aussi dévalorisation de soi).
  • Une trop forte empathie peut générer de la souffrance, voire de l’épuisement lorsque cela nous pousse à vouloir sans cesse faire plaisir ou sauver les autres.
  • Fatigue / énergie basse dans des environnements stressants, tendus ou anxiogènes, ou tout simplement lorsqu’il y a de nombreux stimuli sensoriels.

Sur le plan sensoriel:

  • Selon le domaine de sensibilité, peut générer des difficultés à travailler dans certains environnements de travail (open spaces notamment): bruit, odeurs, désordre, agitation, lumière intense…
  • A la maison, c’est la même chose 😉

Solutions

  • Là aussi: comprendre que l’on est plus sensible que la moyenne, que ce n’est pas une tare et que cela va même de paire avec des atouts importants, permet de se sentir mieux avec soi-même et de prendre confiance.
  • Ne pas s’arrêter aux sentiments inconfortables, et savoir apprécier à leur juste valeur les émotions agréables lorsqu’elles sont là.
  • Prendre conscience de la valeur de cette sensibilité (pour le monde, pour son équipe, pour ceux que l’on aime) et s’appuyer dessus pour faire avec cœur un travail qui a du sens… sans se laisser marcher sur les pieds (tout un apprentissage)
  • Apprendre à s’écouter et à prendre soin de soi,  se reposer lorsque c’est nécessaire.
  • Identifier les sources de stress ou de fatigue et mettre le doigt sur ce qui vous ressource pour trouver le juste équilibre.
  • Pour les sensibilités sensorielles: en prendre conscience permet d’identifier les solutions et d’adapter son environnement de travail ou de vie (bureau isolé, lumière douce, casque anti-bruit, etc.).

Clés pour les RH et managers

  • Etre à l’écoute des besoins, respecter les sensibilités de chacun et chercher des solutions pour que les talents hautement sensibles puissent travailler efficacement (espace de travail adapté, télétravail, etc.).
  • Accueillir la sensibilité émotionnelle sans en avoir peur, apprendre à reconnaître sa richesse pour l’équipe et à en voir le côté positif: des talents pleins d’énergie lorsqu’ils sont dans de bonnes conditions!

Ressources

  • « Hypersensibles: mieux se comprendre pour mieux s’accepter », Elaine N. Aron: l’ouvrage de référence.
  • Atelier Hypersensibilité, Elodie Crépel 
  • « Hypersensibles, trop sensibles pour être heureux », Saverio Tomasella

3. La Multipotentialité

Principales caractéristiques

  • Nombreux centres d’intérêts ou passions, grande curiosité.
  • Tendance à avoir plusieurs projets à la fois, ou à passer d’un projet à un autre, même si les différentes activités ne semblent pas avoir de lien.
  • Besoin de variété, de nouveauté, d’apprendre, de bouger.
  • Parcours diversifiés, non linéaires: ne rentrent clairement pas dans les cases des recruteurs 😉

Points forts

  • Curiosité, capacité d’apprentissage, grande motivation quand cette curiosité est nourrie!
  • Profils intéressants: connaissances multiples et transverses, ouverture d’esprit, diversité.
  • Capacité à créer ou à identifier des ponts entre plusieurs domaines, créativité.

Difficultés fréquentes

  • Difficultés à faire des choix.
  • Impression de partir dans tous les sens.
  • Tendance à commencer plein de choses et à ne pas les terminer.
  • Toujours en quête de nouveauté, difficultés à se stabiliser et à construire dans la durée.
  • Frustration de ne pas pouvoir tout explorer en profondeur.
  • Décalage entre ce mode de fonctionnement « out of the box » et les attentes de la société/des recruteurs qui valorisent l’expertise (bien que cela commence à évoluer positivement, fort heureusement!)

Solutions

  • Comprendre son mode de fonctionnement, l’assumer pleinement et apprendre à en parler positivement!
  • Trouver son fil conducteur, pour comprendre le sens d’un parcours qui ne semble a priori pas en avoir.
  • S’autoriser à suivre sa curiosité et à explorer, sans nécessairement attendre de résultat ou d’aboutissement.
  • Construire non seulement sa carrière, mais plus généralement sa vie sur mesure, adaptée à ses besoins multiples.

Clés pour les RH et managers

  • Reconnaître la valeur de ces profils “out of the box” (ouverture d’esprit, capacités transverses, polyvalence), plutôt que rejeter dès le départ leurs candidatures, en raison de leurs parcours non linéaires ou de leur manque d’expertise.
  • Nourrir la curiosité de ces talents: variété des missions, recherches sur différents sujets, postes transverses ou pluri-disciplinaires, possibilité de changer de poste en interne…

Ressources

  • Livre “Je ne veux pas choisir”, Barbara Sher (version originale en anglais “Refuse to choose!”): incontournable.
  • Conférence Tedx: “Why some of us don’t have one true calling”, Emilie Wapnick (“Pourquoi certains d’entre nous n’ont pas de vocation unique”, traduction libre): empowering!

Conclusion

Alors, qu’est-ce qui résonne le plus pour vous? Vous reconnaissez-vous dans l’une de ces cases en particulier? Il est tout à fait possible que vous soyez un joli mix de tout cela, assaisonné avec autre chose encore… et c’est ce qui fait toute la beauté de votre personnalité!

Vous l’aurez compris, la clé pour se sentir en paix c’est de bien se connaître et de s’assumer. Pour s’autoriser à être soi, et se sentir libre de choisir avec soin les cases dans lesquelles on a envie de – et plaisir à – rentrer.

Notre vision, chez Out of the Box Career, c’est d’aider chacun à bien comprendre son mode de fonctionnement et à identifier ses talents, pour trouver sa place et se sentir épanoui au travail (et à la maison).

Notre ambition: vous offrir du coaching de qualité dans un espace privilégié de confiance et d’écoute, pour que vous puissiez vous sentir libre de tout explorer, même les voies les plus loufoques, et ce quel que soit votre parcours ou votre personnalité, à l’abri de tout jugement.

 

freebi auto évaluation

Vous ne vous sentez pas épanoui.e dans votre job?

Abonnez-vous à ma newsletter et recevez votre cadeau: un Guide d'Auto-évaluation de votre bien-être au travail, pour faire le point sur votre situation et vous remettre en mouvement dans la bonne direction!

Vous êtes abonné.e, à bientôt!

Pin It on Pinterest

Shares